Wisdom of Life

Promouvoir les biens communs et positionner les services publics : nos pistes au quotidien.

arton8740-80767

Nos engagements associatifs, nos soutiens à des initiatives d’économie solidaire, nos souhaits de construire des solidarités se trouvent remis en cause par des visions restrictives (libérales ou sectaires) des services publics. Grâce au dynamisme des promoteurs des biens communs (définis comme « des ressources que personne ne s’approprie » [i]) dans des domaines comme les logiciels libres, on retrouve l’espoir de voir grandir une société qui ne soit pas basée sur l’appropriation de la richesse par quelques uns.

Dans la ligne de rencontres sur des sujets proches (« logiciels libres » ; « économie solidaire pour les nuls » ; « exclusion sociale/exclusion culturelle » ; « valeur de lien, esprit du don » ; « christianisme et subversion » ; …) l’Association Culturelle de Boquen [ii] organise en Février prochain à Brest une rencontre sur 2 jours pour faire le point sur rôle respectif des services publics, des biens publics globaux et des biens communs constitués dans un esprit d’ouverture à tous et de coopération.

Les services publics, surtout tels qu’ils étaient compris en France il y a peu et trop souvent confondus avec le secteur public ou la fonction publique, sont difficile à positionner dans un contexte européen qui est orienté par la mise en concurrence. Ils sont remis en cause, réorientés vers des services marchands ou délégués au coup par coup. Les expressions de solidarité auxquelles nous tenons sont souvent liées à des délégations de service public à des associations. D’où et de quand cela provient-il ? Comment formuler de façon offensive et non plus défensive les projets de coopération et les mobilisations qui ont des chances de structurer l’avenir ?

Une piste d’importance consiste à revenir au besoin de défendre et de constituer en permanence des biens communs : logiciels libres, biens et création culturelle, logements, jardins partagés, connaissances des milieux naturels, zones naturelles elles-mêmes,…

Des courants de pensée en sciences sociales, aux USA et ailleurs[iii], proposent une vue générale des communs : des ressources à partager qui relient des groupes de participants par des droits et des obligations, eux-mêmes organisés au sein d’une structure de gouvernance et de régulation commune. Ces définitions sont applicables à l’échelle d’une association ou d’une coopérative et nous échangerons entre plusieurs groupes actifs en Bretagne au niveau des citoyens.

Les expériences menées à Brest où est organisée une « semaine des communs », l’Economie Sociale et Solidaire, l’Association pour le Logement et le Cadre de Vie, Habitat participatif, la Confédération Syndicale des Familles entre autre, participeront à la rencontre.

A plus grande échelle, ces communs nous renvoient à des grands défis sociaux (la santé, l’habitat,…) et écologiques (le changement climatique, la biodiversité,…). Nous pouvons ainsi voir comment notre action locale ou en réseau sur internet [iv] s’articule avec une pensée globale.

L’Etat se sent souvent en position de gouverner jusqu’à instituer un monopole tout ce qui touche aux services publics [v] et aux communs alors que le pilotage de chaque domaine mérite d’être articulé avec la dynamique locale sujet par sujet. La propriété privée a son domaine mais ne correspond pas à des besoins d’échange et de partage rapide et libre ; la rivalité et l’exclusivité répondent à des images de privatisation généralisée bénéfique à quelques personnes mais pas à des échanges [vi] optimisés pour un groupe ou pour la société.

Avec la participation de Laurent Laot et de plusieurs acteurs engagés, nous apporterons un éclairage sur ces questions.

[i] https://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvement_des_biens_communs

[ii] asso-boquen.fr/

40 ans après son expulsion par les instances de l’Eglise catholique du lieu de l’abbaye de Boquen, l’Association Culturelle de Boquen souhaite prendre un point de vue laïque et actuel pour mieux analyser les valeurs qui l’ont guidées.

[iii] Voir pour ceux qui ont du temps : Le retour des communs – la crise de l’idéologie propriétaire, sous la direction de Benjamin Coriat – 2015 – Edition Les Liens qui Libèrent.

[iv] http://p2pfoundation.net/Category:French

[v] « Relève du service public toute activité dont l’accomplissement doit être assuré, réglé et contrôlé par les gouvernants, parce que l’accomplissement de cette activité est indispensable à la réalisation et au développement de l’interdépendance sociale, et qu’elle est de nature telle qu’elle ne peut être réalisée complètement que par l’intervention de la force gouvernementale » Léon Duguit 1923

[vi] Travaux du groupe MAUSS – site http://www.revuedumauss.com/ et particulièrement l’article sur www.journaldumauss.net « La nouvelle économie politique des communs » 2011 Christian Laval

Tous droits réservés © 2014 Conception Jean-Rémy Dushimiyimana