Wisdom of Life

Rencontre avec Magda Hollander-Lafon

Magda Hollander-Lafon

Avec Magda Hollander-Lafon nous venons de partager un moment de rencontres et d’échanges dans notre association et avec des habitants de Saint-Mayeux, la municipalité nous ayant ouvert les portes de sa salle des fêtes ce samedi 22 juin 2013.

Cette rencontre se situe pour nous dans un cycle de réflexion sur la non-violence en 2013.

Lors de cette soirée le message de Magda, ou plutôt le dialogue auquel elle nous a invités s’est adressé très personnellement à chacun d’entre nous. Elle a témoigné de son parcours « des ténèbres à la joie » pour reprendre le sous-titre de son livre, Quatre petits bouts de pain, publié en 2012 chez Albin Michel, de l’expérience vécue de la déportation, de la violence et de la barbarie organisées, du racisme institutionnalisé, d’une entreprise radicale de destruction au cœur de l’Europe et du XX° siècle à un chemin individuel tissé de rencontres et de dialogues vers la renaissance, la construction, la création. A seize ans, en 1944, Magda Hollander-Lafon, juive hongroise, a été déportée à Auschwitz-Birkenau avec sa famille, qu’elle y a perdu. Au-delà de son témoignage précieux, elle nous a invités à nous interroger, chacun, et d’abord pour nous-mêmes, sur notre position, notre ressenti, notre action aujourd’hui, ici et maintenant pour que comme elle l’écrit « celui qui écoute ne se trouve pas face à la culpabilité et à la mort, mais face la responsabilité et à la vie, sa vie aujourd’hui ». La liberté qui est la nôtre nous appelle à la responsabilité : celle de connaître l’histoire, de nous documenter et de savoir pour comprendre, celle aussi d’être vigilant au présent et d’agir pour que ce dont elle témoigne ne puisse se reproduire. Il a fallu de longues années avant que Magda ne se mette à écrire, mais « écrire est un acte de naissance » nous livre-t-elle, « la mémoire m’habite mais elle ne me hante plus », elle nous appelle à être joyeux même si nous ne sommes pas heureux, de « cette joie que même le pire ne saurait atteindre et où tout devient possible. La joie appelle le pardon. »

Nous remercions Magda d’avoir répondu à notre invitation et d’être venue jusqu’en notre Centre Bretagne. Elle est restée avec nous à Poulancre pour le souper tardif, et le lendemain au déjeuner de clôture de notre assemblée générale, pendant lequel elle a encore accepté d’écouter, de discuter et de signer quelques dédicaces, ouvrant toujours grand son regard vivace et inoubliable sur le visage de chacun de ses interlocuteurs.

Tous droits réservés © 2014 Conception Jean-Rémy Dushimiyimana