Wisdom of Life

Fragiles et précieux échafaudage cosmopolites à Poulancre

juil à mi-août 2013 123

Cet été 2007 a eu lieu à Poulancre un Chantier Civil International. C’est une expérience importante pour notre association et sa maison, dans laquelle nous avons reçu et donné.

 

         Ce que nous avons « reçu » est bien visible : à l’étage de la vieille maison, passerelle et chambre ont leurs murs jointoyés de frais et leurs parquets rutilants, ce qui lui redonne clarté et jeunesse, ainsi qu’une meilleure isolation ; à l’extérieur un atelier déménagé, spacieux et pratique à côté des sanitaires. Ce que nous avons « donné » l’est moins : d’Allemagne en Australie et d’Irlande en Azerbaïdjan, en passant par l’Italie et la Savoie, garçons et filles ont appris des techniques de construction et d’aménagement de bâtiments anciens, mais aussi un peu d’autogestion, l’organisation d’une vie collective, les affres et les bonheurs des échanges interculturels. Ce que nous avons reçu en donnant est le regard de ces jeunes gens complètement étrangers à l’histoire de notre association sur ce que nous sommes. Bien que nous ayons tout raconté, photos et textes à l’appui, de Boquen à Poulancre en passant par le nomadisme, je ne sais pas ce que les uns et les autres auront retenu. A travers la présence des membres de notre association qui se sont relayés, ils nous auront sans doute sentis physiquement dispersés, divers dans nos façons de faire, peut-être contradictoires dans nos discours, mais habités d’un même attachement à cette maison dont ils étaient bien placés pour découvrir la fragilité et les trésors, reliés par le souffle de cette histoire pas évidente à comprendre de prime abord, mais sensiblement marquée par ce dont nous faisions une nouvelle fois l’expérience avec eux : l’accueil, la rencontre de l’autre, la recherche par l’échange de ce qui fait la singularité de chacun et peut en même temps nous relier. Car même s’il y avait d’un côté les accueillants et de l’autre les participants au chantier, chacun selon sa personnalité, son âge, ses besoins et ses envies a appris et enseigné, offert ou revendiqué : lettrage, pluie, anglais, relief, géopolitique, plinn, patience, courage, responsabilité, cuisine, amour, et j’en passe…

 

L’accueil d’un Chantier Civil International ainsi que sa préparation, en termes de conception et d’organisation, est une activité de notre association qui s’inscrit dans une démarche jalonnée par le chantier de la fenêtre avec les jeunes de Belgique et leurs éducateurs. Cette démarche « ora et labora », même si le travail ne se fait pas en silence et que la discussion remplace la prière, est liée au lieu de Poulancre qui à la fois suscite le travail de nos bras et favorise par son retrait et sa simplicité, une intense vie de l’esprit, dans la solitude et dans le partage. Ce qui fonde également toutes ces expériences est un échange de savoirs et d’expériences où la rencontre de diverses générations joue un grand rôle. Au-delà des savoirs techniques en effet, ce sont des modes de vie, des façons de penser qui se partagent. La cohabitation de différentes générations permet d’apprendre à apprécier les apports de chacun à une œuvre commune selon ce qu’il est.

 

L’originalité de ce chantier était son internationalité qui donnait à Poulancre l’air d’une « cosmopolis ». Linguistiquement, l’anglais dominait, mais les anglophones de langue maternelle et les autres faisaient de beaux efforts pour parfaire un français que certains avaient balbutiant, et à l’inverse, le plus jeune participant qui était aussi le seul Français a pu faire de grands progrès en langue mondiale. La présence d’Irlandais du Nord et du Sud a donné lieux à des discussions et à des jeux fort instructifs. D’Italie étaient venues une Bolognaise et une Calabraise qui ont su offrir quelque chose de commun à leurs identités si diverses dans une fabuleuse cuisine. Le crépi des murs a permis à ces participants, et surtout aux filles, très actives, une expression commune. La rencontre avec les participants les plus orientaux, des garçons qui venaient d’Azerbaïdjan a été écourtée : ils n’étaient pas préparés à l’esprit mixte du chantier et au travail bénévole commun.

 

La constitution d’un groupe si divers et son animation avisée sur quinze jours sont passionnants. Le groupe trouve progressivement une certaine autonomie tout en partageant la dimension d’ouverture et d’échange, et nous avons bénéficié de cette dynamique.

 

Sophie, Danielle et Jean-François.

Laisser une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publié Les champs requis sont marqué *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Tous droits réservés © 2014 Conception Jean-Rémy Dushimiyimana